lundi 26 février 2018

Introduction



Citations :
« Pour juger des apparences que nous recevons des sujets, il nous faudrait un instrument judicatoire; pour vérifier cet instrument, il nous y faut de la démonstration; pour vérifier la démonstration, un instrument : nous voilà au rouet. »
Michel de Montaigne (1533-1592)

« Tout : Le mot Tout se dit d’une chose à laquelle il ne manque aucune des parties qui la constituent dans sa totalité naturelle ; et aussi du contenant, qui enveloppe les choses contenues, de telle sorte que ces choses forment une certaine unité. »
Métaphysique, Livre V, Chap. 26, Aristote
« Chaque ordre inférieur est pour l’ordre supérieur une matière à laquelle celle-ci donne une forme »
. Aristote

Il est admis qu’en matière de philosophie ou d’épistémologie, qu'il existe plusieurs lignes de séparations voire de fractures opposant les uns aux autres en des combats aussi forts que résolus. Le but de cet essai est de démontrer que la véritable ligne de fracture n’est pas sur ces sujets classiques de la philosophie, mais plutôt entre la Théorie Générale (Universelle) des Systèmes, que nous appellerons « Systémique », avec le Constructivisme* épistémologique enrichis par une relecture d’Aristote ainsi que ses théories apparentées, et le reste de la philosophie. Il vise à démontrer les liens existants entre différents courants philosophiques, qui n’ont pas été rapprochés jusqu’à présent, voir même qui ont été opposés entre eux. Au contraire il vise à définir une nouvelle ligne de séparation à l’intérieur de la philosophie. Cette nouvelle frontière range du même côté des philosophes qui partagent en réalité les mêmes présupposés non systémiques.
Il apparaît alors que les débats évoqués viennent de malentendus issus de la méconnaissance de concepts tels que ceux de systèmes, niveaux d’organisations, auto-organisation des systèmes dissipatifs, attracteurs étranges, variété requise ou rationalité limitée, … propres à la systémique. Ces débats peuvent alors être revus à la lumière de cette théorie, démontrant point par point les incompréhensions qui ont conduit certains de nos plus grands philosophes à des “ querelles ”, comme la querelle des universaux qui a habité une bonne partie du Moyen-âge, ou l’opposition erronée entre idéalistes et matérialistes. Enfin nous ferons un retour sur la dialectique pour remettre en perspective certaines croyances politiques. Pour seule preuve de cette introduction, nous prendrons l’exemple de l’absence de mention de Charles Darwin dans les ouvrages philosophiques généraux, les quelques lignes accordées aux Structuralistes, ou encore l’absence de toute référence à GB. Vico, père du Constructivisme épistémologique, aux rapides mentions de G. Bachelard, à comparer avec la surabondance de celles concernant Descartes, A. Comte ou Marx.
Enfin cet essai tente de montrer comment la Systémique et avec elle le Constructivisme épistémologique peut repositionner Aristote et Thomas d’Aquin dans une perspective épistémologique renouvelée pouvant fournir une base solide aux idées de liberté.
Benjamin de Mesnard

 * Avertissement : par "Constructivisme" on entend ici le constructivisme épistémologique ou philosophique, et non le constructivisme politique (dit planisme ou dirigisme) dénoncé par F. Hayek.